Édito

La Maison populaire, c’est vous !

Septembre 2005

Voilà c’est parti ! Le centre ville a commencé son « lifting », ça « déroute » un peu, mais ça va être bien mieux.
Nous sommes heureux pour nos amis, le Centre dramatique national va avoir un beau théâtre, le cinéma Méliès six nouvelles salles, la Parole errante est en grand ouvrage, Planète Andalucia respire un peu et les Instants Chavirés ont enfin un lieu.
Les polyglottes des ateliers langues de la maison’pop souhaitent bon vent pour le partenariat de la Ville avec l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Ils rêvent déjà à de nouveaux voyages par-delà les frontières pour aller « user » de leurs connaissances, au Mali, au Brésil, au Vietnam, en Chine, en Russie, en Roumanie, en Israël, en Palestine ou plus simplement dans la belle Europe, sur la Riviera italienne.
Voilà, la maison’pop se sent bien entourée pour poursuivre et engager de nouveaux partenariats. Une histoire de rencontres en somme et, si le désir est partagé…, qui sait ?

Nous voilà plongé dans cette nouvelle saison qui a pris pour partie de renforcer les propositions existantes, en direction de nos publics, très largement présents sur l’ensemble des programmations. Nous vous invitons aujourd’hui à la découverte de celles-ci dans les pages intérieures de cette brochure.

Il y a maintenant tout juste dix ans que, suite à la mobilisation de ses adhérents (devenus nombreux), a été construit le bâtiment de la rue Dombasle, suivi du réaménagement de l’existant.
Depuis dix ans, la structure a su développer ses activités d’expression pour tous, ses actions en direction des arts plastiques à travers son Centre d’art arts, sa programmation musicale et ses actions liées au Pôle ressources Musiques et danses du monde, ses formations et actions pour la culture numérique, et ses séminaires avec les amis de la sagesse, pour prendre le temps de grandir ensemble.
Elle a su fidéliser ses publics et recevoir la confiance des instances territoriales qui la soutiennent et l’encouragent dans ses démarches.

Pour nous, le plus beau présent est lorsque des adhérents nous disent la petite phrase qui débute par : « C’est grâce à la Maison populaire si j’ai… »
Bien que notre travail soit de semer, en nous disant qu’il adviendra toujours quelque chose, nous ne savons jamais si les petites graines ont pris racines, et en quel lieu. Aussi ces témoignages, par leurs singularités et leurs diversités, sont de formidables retours.

Aujourd’hui, nous avons atteint de nouveau les limites du contenant. Cela déborde de toutes parts et il devient difficile de canaliser toutes ces énergies, qui ne demandent qu‘à s’exprimer.
Que diriez-vous de recréer une commission des adhérents pour plancher de nouveau sur des hypothèses de programme d’agrandissement, tant pour le bien-être des adhérents que du voisinage ?

Annie Agopian, directrice

Partager

Haut de page