Résidence atelier de recherche

Clown et Philosophie

Du 5 février au 17 avril 2015
Sous la conduite de Violaine Chavanne, assistée de Raffaella Gardon
Laboratoire des Arts et Philosophies de la Scène.

Violaine Chavanne pratique dans la vie le clown comme la philosophie. C’est au sein du LAPS (Laboratoire des Arts et Philosophies de la Scène) qu’elle a formé le projet d’un atelier pratique de recherche explorant les affinités entre les deux pratiques. Assistée par Raffaella Gardon, elle mènera ainsi de février à avril à la Maison populaire un atelier de jeu clownesque autour de cette question, avec des comparses philosophes, comédiens, amateurs du jeu clownesque et/ou de la pensée philosophique.

Les deux pra­ti­ques ont en effet en commun d’avoir pour affect fon­da­men­tal l’étonnement : le clown, récep­tif au moin­dre détail, en fait un événement. La phi­lo­so­phie de son côté com­mence en s’étonnant des évidences.
Il s’agira alors d’éprouver en quoi le clown est en lui-même une machine phi­lo­so­phi­que. Doté du masque élémentaire, le nez rouge, il a d’abord le pou­voir de sin­gu­la­ri­ser et d’uni­ver­sa­li­ser les traits de carac­tère de chacun, de faire accé­der telle faille, telle idio­syn­cra­sie au statut d’une vérité géné­rale. Le clown pro­duit également une véri­ta­ble per­for­mance méta­phy­si­que puis­que avec lui l’élémentaire, le menu, le pres­que rien accè­dent à l’exis­tence et for­ment un monde en soi, un monde jus­ti­fié. Enfin le clown déploie une posi­tion poli­ti­que sin­gu­lière car il fait spec­ta­cle de ses échecs, de ce qui le rend pour la vie sociale tout à fait impro­duc­tif. En en tirant des galons par le rire qu’il sus­cite, il trans­forme ses fai­bles­ses en force et est ainsi réso­lu­ment sub­ver­sif.

Il s’agira, à partir de cette matrice, phi­lo­so­phi­que déjà en elle-même, d’ino­cu­ler de la phi­lo­so­phie à peti­tes doses (concepts, pos­tu­res, ques­tions), de manière très frag­men­tée voire quasi insi­gni­fiante, afin de voir quel­les folles trans­for­ma­tions, quel­les envo­lées ou au contraire quels ânonnements le tra­vail d’impro­vi­sa­tion peut lui faire subir. Car la phi­lo­so­phie a sa gran­deur mais aussi ses misè­res. Et fina­le­ment ce qui sera en jeu, ce sera d’expé­ri­men­ter ce que la pensée doit au jeu et au corps, comme, fon­da­men­ta­le­ment, ce qu’elle doit à l’irré­vé­rence.

Ce tra­vail don­nera lieu dans le cou­rant de l’année 2015 à une res­ti­tu­tion à la Maison popu­laire dont la forme navi­guera entre confé­rence, compte rendu de l’expé­rience et per­for­mance.


Violaine Chavanne vit à Montreuil. Elle est phi­lo­so­phe et comé­dienne. Elle pra­ti­que le clown depuis de nom­breu­ses années. Elle a également mis en scène, Italienne avec Orchestre de Jean-François Sivadier ainsi que La Force de l’habi­tude de Thomas Bernhard et a col­la­boré artis­ti­que­ment à divers spec­ta­cles. Auteure d’une thèse de phi­lo­so­phie sur le théâ­tre, sur la ques­tion de l’image, elle pour­suit ses recher­ches dans le cadre du labo­ra­toire HAR (Histoire des Arts et des Représentations) à l’uni­ver­sité Paris-Ouest Nanterre-La Défense et du LAPS (Laboratoire des Arts et Philosophies de la Scène). Elle est auteure de divers arti­cles sur Joël Pommerat, Jérôme Bel, Robert Wilson, Robert Lepage, Christoph Marthaler et sur le cinéma de Robert Bresson.

Informations

Le LAPS est un laboratoire réunissant chercheurs dans le supérieur et artistes autour des rapports théoriques et pratiques entre théâtre et philosophie.

Partager

Saison 2014-2015
Samedi 18 juillet 2015 à partir de 22 h
Les jeudis 2, 16 et 30 avril 2015 de 15 h à 17 h
Du lundi 20 au jeudi 30 avril 2015
Les vendredis 3, 10 et 17 avril 2015 de 17 h 30 à 19 h
Du 5 février au 17 avril 2015
du 5 au 9 janvier 2015
Rechercher sur le site
Haut de page