Écrans philosophiques

Filmer ou agir faut-il choisir ?

mercredi 27 février 2013 à 20 h 30

présentation suivie d’une discussion avec la salle, au Cinéma Méliès

SÉANCE ANNULÉE EN RAISON D’UN MOUVEMENT DE GRÈVE DE L’ÉQUIPE DU CINÉMA MÉLIÈS

Film > Cloverfield de Matt Reeves (USA, 2008, 1 H 21)
Avec Michael Stahl-David, Lizzy Caplan, Jessica Lucas

présenté par Emmanuel Burdeau, critique de cinéma, collaborateur à Mediapart et à Trafic, programmateur du Festival International du film de La Roche-sur-Yon. 

Cloverfield

Cloverfield est un film de fiction qui appartient au genre catastrophe ou horrifique mais qui se donne pour un documentaire, pour le reportage réalisé en direct par un jeune homme se trouvant en possession d’une caméra le soir où un monstre attaque New York. Il existe une vieille alternative, dans la pensée et dans l’éthique du cinéma, qui dit à peu près : filmer ou agir il faut choisir, on ne peut faire l’un et l’autre à la fois. Serge Daney l’a résumé d’une formule géniale : filmer, disait-il, c’est « bien souvent non-assister une personne en danger ». André Bazin, avant lui, aimait noter que le plan d’un sauvage – par exemple un pygmée – était la preuve que sa sauvagerie n’était que relative, car sinon il eût été impossible de l’approcher avec une caméra. Mais c’était au temps où celles-ci étaient énormes et pesaient très lourd. Que se passe-t-il lorsque, grâce à l’avènement du numérique, les caméras sont devenues assez légères et petites pour pouvoir filmer d’une main, et de l’autre parer au danger qui vous menace ou menace vos amis ? De quelle manière se trouvent alors redéfinis les rapports du cinéma à ses limites, notamment morales ? Où commence et où finit-il, désormais ? Ne faudrait-il pas reprendre à nouveaux frais l’antique question de l’enregistrement et de l’essence réaliste du cinéma ? De quelle manière peut-on redire aujourd’hui, avec Marguerite Duras, que le seul cinéma – le seul qui vaille – est celui qui va à la perte, à la destruction, à sa destruction ? Et pourquoi, à une époque où on la dit toujours plus coupée du réel, la fiction traditionnelle, hollywoodienne éprouve-t-elle le besoin fréquent – Cloverfield n’est pas un cas isolé – d’en passer par l’archive, le document, la caution du vrai ? Le formidable film de Matt Reeves nous aidera à réfléchir à tout cela. 

Informations

Au cinéma Georges Méliès
Centre commercial
M° Croix-de-Chavaux (ligne 9)
93100 Montreuil

Les séances ont lieu à 20 heures 30. Pour des raisons relatives à la disponibilité du film, vérifier qu’elles ont bien lieu, ainsi que l’horaire qui peut varier selon la durée de la projection, auprès du cinéma Le Méliès 01 48 58 90 13, ou de la Maison populaire de Montreuil 01 42 87 08 68.

Prix de la séance, conférence comprise :
 Tarif plein : 6, 50 €
 Tarif réduit : 5 €
(Montreuillois, - de 18 ans, + de 60 ans, étudiants, adhérents de Renc’Art au Méliès)
 Tarif carte de 10 places : 46 € (non nominative, valable 1 an)
 Tarif préférentiel : 4 € (chômeurs, RSA, familles nombreuses)

Cycle conçu par la Maison populaire et organisé avec le Collège international de philosophie et le cinéma Le Méliès, en collaboration avec l’université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Pour tous renseignements :
Annie Agopian, directrice de la Maison populaire
Stéphane Goudet, directeur du Cinéma Le Méliès
Sophie Gouverneur, directrice de programme au CIPh et Pascal Sévérec, directeur de programme au CIPh.

Partager

Haut de page