ajouté le 25 mai 2011 - Sciences humaines & philosophie

De quoi la psychanalyse est-elle le nom ? Démocratie et subjectivité.

animé par Roland Gori

Doit-on dépister les schizophrènes dangereux comme on dépiste le diabète ? Doit-on soigner sans consentement les malades mentaux soupçonnés de présenter un danger pour eux-mêmes ou autrui ? L’imagerie médicale du cerveau dit-elle la vérité ? Devrait-on y soumettre les prévenus, les conjoints adultères et les employés soupçonnés d’indélicatesse ? Autant de (...)

ajouté le 6 avril 2011 - Sciences humaines & philosophie

L’homme nouveau existe-t-il ?

animé par Marie-José Del Volgo

Les récents progrès des sciences et des techniques comme les espoirs d’une vie meilleure nourrissent les rêves de changement et de nouveauté des hommes et des femmes. Pourtant, l’évolution de la société et notre expérience en médecine et en psychanalyse notamment nous confrontent à la difficulté du changement.(…) En savoir (...)

ajouté le 2 mars 2011 - Sciences humaines & philosophie

Quand les gestionnaires volent la mémoire du social

animé par Michel Chauvière

Ne pas confondre histoire et mémoire, mais défendre la place de ces deux pratiques. La première vise un travail d’objectivation très professionnalisé, avec des méthodes scientifiques éprouvées et réfutables. La seconde, loin d’être la simple commémoration d’une sélection de faits du passé, introduit surtout la nécessité de lire l’histoire pour la faire (...)

ajouté le 26 janvier 2011 - Sciences humaines & philosophie

Figures actuelles de l’inculture, Marie-José Mondzain

par Marie-José Mondzain

ajouté le 24 novembre 2010 - Sciences humaines & philosophie

L’Enfant, être en devenir : quel pari pour l’Avenir ?

animée par Julie Caupenne

L’Enfant, être en devenir : quel pari pour l’Avenir ? Notre société, à l’heure actuelle, a une grande peur de l’Enfance en tant qu’elle symbolise tous les possibles de l’Avenir. Fichages, grilles de comportements, loi sur la prévention de la délinquance, l’Avenir s’inscrit en négatif. Or, une société qui se méfie de son avenir hypothèque sa capacité future (...)

ajouté le 27 octobre 2010 - Sciences humaines & philosophie

L’archéologie de l’exhumation à la transmission des faits

par Corinne Charamond

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » C’est une question que l’archéologue est en devoir de se poser, dans la pratique quotidienne de son activité, dans le sens qu’il donne à ses actes et surtout dans l’obligation qui lui incombe de restituer le fruit de son travail. L’archéologie et les archéologues sont les pourvoyeurs des idées, (...)

Haut de page