Résidence de création artistique

Pascal Marquilly

De janvier à décembre 2017

Artiste invité par Blandine Roselle, commissaire en résidence dans le cadre de l’exposition du centre d’art « L’Autre… De l’image à la réalité ».

Ombres de Chimère

Un projet pluridisciplinaire en cours de développement, pensé en étroite collaboration avec François Andes et Luiz Gustavo Carvalho.
À partir de recherches comparatives sur la thématique de l’ombre, un dispositif numérique est imaginé mettant en avant des concordances ou des similitudes entre les mythes et certains arts populaires de différentes cultures et à différentes époques.

Le projet doit aboutir à une chorégraphie pour tambours d’ombres : un ballet de drones supportant divers mécanismes optiques, qui projetent des ombres dans l’espace de la représentation, accompagnées par une composition musicale spatialisée.

Confrontant diverses représentations usant de l’ombre, dans une collusion lumineuse et sonore, il s’agit d’évoquer les apparitions et disparitions qui fondèrent certaines mythologies ou croyances dont l’ombre est la cause ou l’origine.

La démarche consiste à puiser dans l’histoire des idées et de la pensée afin de se saisir du phénomène de l’image, de ce que l’œil découpe du réel ou ce que d’autres ont fabriqué et qui lentement s’inscrivent dans ce qui pourrait être un inconscient collectif du visuel.

Le spectateur se retrouve placé au centre d’un théâtre d’ombre mouvant, le lieu de fabrication des images. Un ballet d’ombres, flottantes et fugaces, se composants et se décomposant, apparaissant et disparaissant, ouvrant à l’imaginaire ses territoires encore vierges…

L’usage des drones permet de créer une pièce en lévitation, qui organise l’espace sans contrainte technique d’accroche, sans point d’appui au sol. La maitrise de l’espace (sol, mur, plafond), des déplacements et de la vitesse permettent des superpositions, croisements, associations, confrontations.

Le mouvement des drones également sera une composante constitutive de l’écriture musicale dans l’espace. La composition musicale sera diffusée sur des systèmes de diffusion amplifiés ou par un système de diffusion par transmission bluetooth sur casques portés par le public. Le système de transmission du son sera spatialisé, fonction des déplacements du public.

Co-production et étapes de réalisation
La réalisation de l’installation est prévue au fur et à mesure des résidences qui accueilleront le projet et en fonction des recherches en dramaturgie qui viendront appuyer le développement scénique de la proposition et des accointances avec les territoires d’accueil.

Une pre­mière étape de tra­vail de recher­che et d’expé­ri­men­ta­tion aura lieu en mars 2017 à la Gare numérique de Jeumont avec l’équipe de Metalunet, pour convenir des dif­fé­ren­tes options de réa­li­sa­tion tech­ni­que qui devront être déployées et notam­ment les sys­tè­mes de suspension et de pro­jec­tion.

Une rési­dence d’écriture plu­ri­dis­ci­pli­naire aura lieu en juillet 2017 au musée Bispo Do Rosario (Rio de Janeiro, Brésil), suivi d’une résidence d’écriture dra­ma­tur­gique à la Casa Franca Brasil (Rio de Janeiro, Brésil), jusque mi-septembre 2017, en col­la­bo­ra­tion étroite avec François Andes et Luiz Gustavo Carvalho.
Une première présentation de ce travail sera visible lors du festival Artes Vertentes à Tiradentes (Brésil) du 11 au 24 septembre 2017.
Une installation sera présentée à la Casa França Brasil en novembre et décembre 2017.

Descriptif de l’œuvre en projet à la Maison populaire
Création d’une série de modules mécanisés et lumineux projetant textes et images dans l’espace, pouvant être suspendus et motorisés.

Une douzaine de tambours d’ombres seront réalisés sur les principes de lanternes magiques et autres jouets optiques préfigurant le cinématographe.

Ces tambours d’ombres sont dotés de mécanismes optiques, optoélectroniques et lumineux permettant la projection d’ombres. Ils sont également équipés de moteurs permettant de les mettre en mouvements (escamotage, circularité, fermeture, ouverture, animation…).

Chaque tambour est enveloppé d’une membrane percée, ajourée, permettant les jeux d’ombres souhaités. Ces membranes ajourées sont réalisées soit au découpage laser, soit en stéreolithographie.
Les tambours seront suspendus dans l’espace. "L’ensem­ble de l’ins­tal­la­tion est géré par com­man­des infor­ma­ti­ques per­met­tant la flui­dité des mou­ve­ments pro­pres à chaque tam­bour ainsi que dif­fé­ren­tes écritures des jeux d’ombres projetées direc­te­ment sur les cimai­ses de la salle d’exposition".
L’œuvre peut évoluer en fonction des essais techniques qui seront réalisés dans le courant de l’année 2017 (notamment à Lille et à Jeumont en France, à Tiradentes au Brésil).

JPEG - 100.7 ko
Courtesy de l’artiste

  Biographie
Auteur, metteur en scène, plasticien, réalisateur, Pascal Marquilly porte un travail artistique transdisciplinaire intégrant activement toutes les composantes de l’image dans ses créations. Celles-ci sont le support d’une mise en scène se confrontant à la réalité sociale et politique contemporaine. Il emprunte selon les contextes différentes voies disciplinaires, associant l’acte créatif à une métamorphose esthétique permanente. Sa démarche interroge les mécanismes de la représentation, intègre la participation des publics et leur appréhension d’une œuvre, questionne l’idée du commun. Il confronte régulièrement sa démarche à d’autres par de nombreuses collaborations.

Il sera le premier lauréat du prix « Ecrire pour la rue » de la fondation Beaumarchais et de la SACD en 1998 pour Pièce pour parapluie et leurs marionnettes (PPPM). Il recevra à plusieurs reprise l’aide de la DMDTS par l’obtention d’une bourse d’aide à l’écriture notamment pour PPPM (1999) et Errata (2003), projet théâtraux pluridisciplinaire. En 2015 il écrit pour le cinéma un scénario (Dans mes larmes tu regarderas...) qui est en cours de production.

Ces travaux théâtraux pluridisciplinaires ont été produits et diffusés par des festivals de théâtre de rue (Festival transnational Chalon dans la rue) ou par des scènes nationales (le Bateau Feu - Dunkerque, Culture Commune - Loos en Gohelle), par des musées (Nicéphore Niepce - 2008) ou encore par l’Institut Français (El cielo esta vaccio, 2000), Pérou - Equateur - Bolivie ou Fuir la Spirale (2005), Cuba, ou encore lors du Festival Mondial de la Marionnette à Charleville Mézière (2014 – collaboration avec François Andes).

Depuis 2011, il collabore régulièrement avec François Andes pour la création d’installation monumentale (Curiosités à Béthune en 2011 et Les Horizons Lointains à Dunkerque en 2013), ou la création d’œuvres plus intimistes avec Chimère(s), Tiradentes (Festival Artes Vertentes, Brésil, 2015), Anatomie de Chimère, Calais (Ecole d’Art de Calais, Cité internationale de la mode et de la dentelle, 2016), ou encore un projet de Roman Graphique Des dieux, résidence en Sicile (2016).

Ses réalisations vidéographiques sont diffusées par Heure Exquise (notamment Images du Monde - Monde d’images 2004 / Fantômes et autres 2009, dans de nombreux festivals art-vidéo : entre autres, rencontres vidéo et poétique de Marseille, Festival côté cour Pantin, le Cube Paris, Vidéoformes Clermont Ferrant, Signes de nuit Pescara - Italie, Arts Electronica Bogota - Colombie, Festival Viper Basel - Suisse...). Depuis 2014, il réalise une série de film intitulée Horizons Lointains sur différents littoraux à travers le monde (Dunkerque - France, Annaba - Algérie, Saint Louis - Sénégal, Shéfa - Vanuatu, Thio - Nouvelle Calédonie…) et bénéficient régulièrement de diffusions (sous la forme de ciné concert, en collaboration avec Lukiz Gustavo Carvalho).

En 2015, les films Horizons Lointains sont diffusés lors de Nuit Blanche, Paris. En 2016, il est lauréat de l’appel à projet culturel de l’Institut Français d’Alger. En 2017, il est artiste résident à l’année à la Maison Populaire de Montreuil.

Pascal Marquilly est artsite associé au Groupe A – Coopérative culturelle.


 Calendrier de janvier à décembre 2017
TEMPS DE CRÉATION
Cinq séquences d’une semaine de présence de l’artiste à la Maison populaire.
Les quatre premières séquences seront dédiées à la préparation des tambours d’ombres (dessin sur machine) et découpage laser.
Chaque séquence sera accompagnée de rencontres avec différents publics adultes et enfants pour les impliquer dans le processus de création et aborder avec eux une discussion et échange autour de la mythologie.
 du 16 au 21 janvier 2017, du 20 au 25 février 2017, du 3 au 8 avril 2017 et du 10 au 14 juillet 2017.

La cinquième séquence 18 septembre au 2 octobre 2017 sera dédiée à installation et au réglages de l’œuvre dans le centre d’art pour le troisième volet de l’exposition.

TRAVAIL AVEC LES PUBLICS
 Samedi 21 Janvier 2017 à 19 h
• Soirée de lancement de la résidence artistique de création multimédia de Pascal Marquilly.
Présentation de son projet Ombres de Chimère et projection de son film Images du monde, monde d’images (France, 2004, 10’54, Art vidéo, version originale française).
Projection suivie d’un échange avec Pascal Marquilly.

RENCONTRES PÉDAGOGIQUES
Chaque atelier sera suivi d’une conférence permettant aux participants d’appréhender les enjeux esthétiques propres à la dématérialisation d’une image et à sa projection en tant que phénomène physique.
 Mercredi 8, jeudi 9 mars et vendredi 10 mars 2017
De l’image à sa projection - Workshop et conférence
Horaires : de 9 h -12 h / 14 h à 18 h (Par créneaux de 2 heures et plus si disponibilités)
Durée : 3 jours
Public : pas de pré-requis
Nombre de participants : 10
Workshop : composition sur Illustrator
Lieu : Maison populaire

 Mercredi 27, jeudi 28 et le vendredi 29 septembre 2017
• Jeu d’ombres, jeux de l’autre - Workshop et conférence
La dernière rencontre sera suivie d’une conférence à 18 heures
L’atelier aura pour objet de tester différentes possibilités de projections d’ombres dans l’espace, de fabriquer des dispositifs de projection à partir des réalisations effectuées lors du précédent atelier.
Parallèlement, le corps sera mis à contribution tant comme surface de projection que comme outil permettant la création d’ombres.
Horaires : 14 h-18 h
Durée : 3 jours
Public : pas de pré-requis
Nombre de participants : 10
Workshop : essais de projection d’ombres
Lieu : Maison pop.
• Rencontre : Journée enfant le mercredi 27 septembre.

DIFFUSION
 Exposition du mercredi 4 octo­bre au samedi 9 décembre 2017
" L’AUTRE... DE L’IMAGE À LA RÉALITÉ 3/3 : L’AUTRE QUE NOUS SERONS "
Vernissage le mardi 3 octo­bre 2017 à partir de 18 h
L’œuvre de Pascal Marquilly Ombres de Chimère se situe entre une ins­tal­la­tion et un théâ­tre d’ombre. Le public pourra découvrir dans la black box du centre d’art les tambours suspendus, animés en accord avec la composition sonore associée.

 Vendredi 8 décembre 2017 à partir de 18 h
Soirée de finissage du cycle d’expositions et lancement du catalogue d’exposition suivie d’une conférence performance par Pascal Marquilly.
À la Maison populaire - Entrée gratuite

Informations

La Maison populaire est soutenue par la Ville de Montreuil, le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, le Conseil régional d’Ile-de-France, le ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Ile-de-France.

Pour tous renseignements contactez Annie Agopian

Partager

Haut de page